Investir avec succès est vraiment un défi! 

J’ai récemment reçu un courriel d’un lecteur qui me demandait:

 “Quels titres de revenu, d’actions ou de produits dérivés choisir afin de diversifier, protéger et optimiser mon portefeuille? “

Hum…

La question est tellement vaste pour un investisseur qu’elle pourrait se résumer à comment investir avec succès !   

En effet, si vous réussissez à répartir vos placements en fonction de chacun de vos objectifs d’investissement, vous aurez une bonne diversification pour investir avec succès.

Si vous tenez compte de votre tolérance au risque dans chacune de vos décisions d’investissement, vous augmentez vos chances de bien protéger votre capital.

Et si vous révisez ce qui précède régulièrement, vous réussirez à optimiser votre portefeuille!

Pour cet article, j’ai choisi de vous partager mon cheminement afin vous aider au maximum à investir avec succès. Vous allez mieux saisir pourquoi choisir ses placements n’est pas chose facile, que vous soyez un nouvel investisseur ou non.

 

Comment choisir ses placements

Je vous suggère d’abord de lire ce petit guide de l’AMF : Comment choisir vos placements? 

Ensuite, il faut savoir que si votre capital à investir est relativement faible pour le moment, il serait hasardeux de choisir quelques titres seulement, car vous n’auriez pas suffisamment de diversification au cas où un de vos investissements échouerait… Si c’est votre cas, les fonds communs de placement ou les Fonds Négociés en Bourse (FNB) sont possiblement votre solution.

Enfin, tenez-moi au courant de vos conclusions à la suite de votre lecture du guide de l’AMF, je répondrai avec plaisir à vos questions dans mes prochains articles. 

 

Le point de vue d’une conseillère en sécurité financière

J’ai écrit cet article en collaboration avec Catherine Poirier, Conseillère en sécurité financière. Notre but est d’expliquer, le plus simplement possible, comment diversifier, protéger et optimiser ses investissements. Il se peut donc qu’il y ait des oublis et que nos commentaires ne conviennent pas à votre situation particulière.

Catherine a vraiment l’habitude de ce genre de questions ouvertes qui “veut dire beaucoup sur la personnalité de l’investisseur”, me confie-elle. En entrevue, je lui ai demandé ce qu’elle pense de ce type de question:

“Je sais, par expérience, que les clients posent plusieurs questions. Ils veulent surtout faire beaucoup d’argent rapidement, sans comprendre le risque qui y est associé. Ils sont souvent mal informés et surtout; loin de connaître les pour et les contre de leur choix… 

Selon mes expériences il faut prendre le temps avec eux… Il faut s’assurer de bien connaître le client, mais surtout de s’assurer où ils se situent dans leur connaissance en matière de placement.”

 

3 questions à se poser pour investir avec succès!

Voici le genre de questions que je pose à mes clients, poursuit Catherine:

1. Avez-vous un fond urgence (l’équivalent de trois mois sans revenu)?

2. Quelles sont vos responsabilités familiales?

3. L’investissement que vous désirez faire, c’est pour une période de?

  • Moins de 4 ans
  • 5 à 9 ans
  • 10 ans et plus

Car connaître le but de votre placement est primordial et c’est d’ailleurs vous aidera le plus à faire le bon choix d’investissement!

 

Ce qu’il faut savoir avant d’investir avec succès (deux cas vécus)

investir avec succès

Cas 1: Un jeune couple veut investir

Catherine se souvient d’un jeune couple dans la quarantaine, avec un bébé. Elle avait noté :

– Pas sécurité emploi

– Pas de fond urgence (3 mois)

– Des dettes importantes

– Pas de budget fait…

– Ne connaissent pas les différences entre le REER, le REEE et le CELI. (Au Québec)

 

Ils m’ont demandé ils doivent investir pour faire beaucoup d’argent…!

Dans ce cas, mon devoir était de les ramener à la case départ… C’est à dire :

1. Faire un budget. 

2. S’assurer que les cartes de crédit sont payées tous les mois. Et éliminer les dettes qui ont un taux supérieur à 7%.

3. Établir avec l’aide du budget, le montant excédentaire disponible pour créer un fond urgence suffisant pour trois mois sans revenu et un CELI, rachetable en tout temps.

4. Une fois le fonds d’urgence créé… On peut commencer à faire de l’épargne et/ou de l’investissement… 

Cas 2: Une femme de 60 ans

Une femme veuve dans la soixantaine se demande comment investir ses économies…

  • Cette femme a des problèmes de santé
  • Elle est intolérante à la baisse de son capital.
  • Elle a fréquemment besoin de liquidité.
  • Et ses connaissances en placement sont faibles.

 

Bon… Voici ce qu’a suggéré Catherine?

  1. Un budget détaillé, surtout pour la partie en lien avec ses frais médicaux.
  2. Un fond d’urgence de six mois minimum dans son cas…
  3. Selon sa situation j’ai dû considérer ces deux éléments importants; la sécurité de son capital et la flexibilité pour l’accès à son argent, avant tout. Et m’assurer de pouvoir ajuster en tout temps.
  4. En conclusion, la priorité dans ce dossier était la sécurité du capital investi et la flexibilité pour l’accès à son argent en tout temps. Et non pas les rendements.

 

Les rendements et les risques  

investir avec succès

Le risque est généralement lié au rendement, c’est bien vrai. Mais encore faut-il comprendre qu’il y a une différence entre le risque et la volatilité.

Le risque, c’est la probabilité de perdre son capital. Alors que la volatilité, ce n’est que la variation de valeur de votre investissement dans le temps. Warren Buffet

Catherine aime cette citation de Warren Buffet et elle l’utilise fréquemment pour classifier ses clients investisseurs. Pour elle, comprendre cette distinction l’aide à classer ses clients dans l’une ou l’autre de ces deux catégories.

  • Investisseur niveau intermédiaire
  • Investisseur niveau avancé.

Catherine s’explique que:

“Vous pouvez, par exemple, être plutôt tolérant à la volatilité, mais très mal réagir à une perte financière.

C’est alors qu’une bonne diversification de votre portefeuille peut être votre solution.

Vous pouvez aussi très mal réagir à un changement de valeur d’une partie de votre portefeuille. Par exemple, suite à une correction boursière.

Et alors, vous cesserez de bien dormir la nuit!”

Il est important de s’assurer d’analyser la situation personnelle du client ajoute-t-elle.

Mais comment savoir quel type d’investisseur vous êtes pour investir avec succès ?

 

Quel type d’investisseur êtes-vous?

Voici le modèle fourni par L’Autorité des Marchés Financiers (AMF) pour connaître votre profil d’investisseur.

À titre indicatif, voici trois types de profil (prudent, modéré, audacieux). (Catherine me fait remarquer qu’il faut considérer la période de temps et l’âge du client pour chacun de ces profils.)

  • Prudent : L’investisseur prudent préfère les placements plus sécuritaires aux placements plus risqués. Il est donc prêt à accepter des rendements plus faibles. 
  • Modéré : Si vous êtes un investisseur modéré, vous êtes prêt à prendre des risques calculés pour obtenir des rendements plus élevés. Vous tenez à limiter le risque à l’aide de placements dont les revenus sont relativement stables.
  • Audacieux : Vous êtes un investisseur audacieux si vous recherchez une croissance plus élevée de votre portefeuille. Vous êtes donc prêt à accepter des variations considérables de la valeur de votre portefeuille d’une année à l’autre. L’investisseur audacieux connaît bien le fonctionnement des cycles boursiers et ne laisse pas ses émotions guider ses décisions. 

Bien que ce modèle puisse vous aider, il faut tout de même être vigilant. J’ai d’ailleurs demandé à Catherine, pourquoi est-il si difficile de cerner le vrai profil d’un investisseur? Un investisseur peut-il se mentir à lui-même?

– Oui, les investisseurs peuvent se mentir à eux même… Ça arrive! Je l’ai constaté souvent et avec plusieurs clients. Et même parfois, le même client peut avoir un profil d’investisseur complètement différent six mois plus tard, suite à des évènements dans sa vie personnelle. Ou lorsqu’il constate l’effet de la volatilité des marchés!

 

Pourquoi et comment diversifier ses investissements

Diversifier ses investissements permet de maximiser vos placements en fonction des diverses options disponibles afin de réaliser vos objectifs financiers. 

investir avec succès

Catherine donne l’exemple d’un parent qui ouvre un compte bancaire pour déposer des économies pour ses enfants. Le Régime Enregistré Épargne Étude au Québec (REEE) est nettement plus avantageux qu’un simple compte bancaire. Car le REEE offre des subventions généreuses, pouvant atteindre 30 % à 60 % des cotisations (le maximum est de 12 800 $ par enfant). Et toute cette somme investie fructifie à l’abri d’impôt! 

Une fois le profil de l’investisseur bien établi, comment fait-on pour répartir nos investissements intelligemment? 

  1. Tout dépend de notre revenu annuel. De là, on peut choisir le montant à cotiser au REER ou au CELI.
  2. Il faut un fond d’urgence. Le montant est à établir selon la situation. Par exemple, quel serait l’impact d’avoir à vivre trois mois sans revenu? Il faut choisir des placements sûrs et encaissables en tout temps!
  3. Si vous êtes parent, pourquoi ne pas considérer le REEE?

“C’est du cas par cas, ajoute Catherine. Chaque personne est différente, je prends beaucoup de temps à connaître mon client et ses responsabilités personnelles, c’est extrêmement important à faire.

C’est le point de départ, ensuite il faut voir ensemble son profil d’investisseur et il faut absolument en discuter ensemble… Car c’est à la toute fin que je peux apporter des recommandations et finalement, commencer à discuter des options, des choix et des stratégies de placements. 

À partir du profil de chaque investisseur, je suggère une répartition qui tient aussi compte de l’âge. Oui, absolument! L’âge est extrêmement important!! 

Ce qui est aussi très important ce sont les besoins de liquidité du client, ils doivent absolument être abordés et clarifier. Car la période du placement est primordiale.”

 

Comment protéger votre capital

Souvent, l’investisseur oublie de bien protéger son patrimoine, il pense trop au rendement et il sous-estime le risque…  Catherine Poirier.

Pourtant, nous savons tous comment il est difficile d’épargner avec toutes les tentations de consommer, les prix qui augmentent sans cesse, les taux d’imposition élevés et toutes les taxes indirectes! Alors, pourquoi prendre le risque de perdre votre argent? 

La protection de votre capital est une priorité pour toute personne qui désire s’enrichir! Marc Blais

 

Vous avez aimé cet article? N’hésitez pas à partager!

On vous souhaite tous les deux d’investir avec succès!

 

Catherine Poirier, Conseillère en sécurité financière

Marc Blais CPA, CGA, Auteur du Guide de l’investisseur intelligent

livre Le guide de l'investisseur intelligent

Crédit photo : 123RF