fbpx
Se protéger de l’inflation?

Mais quelle inflation?!

Les taux d’inflation officiels sont de 2% en Europe et en Amérique du Nord…

On parle de quoi là?

Je vous invite à lire « Et si le vrai taux d’inflation était plus élevé? ».

Ainsi, vous pourrez vous faire une idée par vous-même. À mon avis, il est possible qu’il y ait bien plus inflation qu’on le croit dans l’économie. Et cela affecte et influence tout le système financier international.

Aussi, je crois fort possible que le taux d’inflation augmente à l’avenir.

Et l’inflation d’aujourd’hui pourrait bien s’aggraver pour devenir l’hyperinflation de demain!

Puisqu’imprimer de l’argent – ce qu’on appelle techniquement; la création monétaire – constitue une prise de risque énorme qui se transforme immanquablement en une mesure très inflationniste.

Depuis la crise de 2008, les banques centrales expérimentent plusieurs nouvelles techniques dont le dosage est minutieusement calculé pour contrôler l’économie. Mais certaines de ces mesures, comme les taux d’intérêt négatifs, ainsi que le mix de ces techniques n’ont jamais été testés auparavant.

On est clairement en terrain inconnu! Et malgré toute la force et l’habilité déployé en relations publiques autour du succès apparent de ces mesures, personne ne sait vraiment comment cette crise se terminera.

Quoiqu’il advienne des politiques monétaires à court terme des banques centrales à l’avenir, une hausse tu taux réel d’inflation est sans doute le résultat le plus probable à moyen et long terme.

Il existe heureusement certaines catégories d’actif qui vous aideront à protéger votre patrimoine contre l’inflation. Évidemment, elles ont toutes leurs limites, leurs avantages et leurs inconvénients.

Je vous partage maintenant quelques-unes de mes idées et réflexions.

1 Les marchés boursiers 

Tous les investisseurs sont conscients que les ratios cours/bénéfices des principaux marchés boursiers du monde sont actuellement très élevés en comparaison à leur moyenne historique. Plusieurs considèrent que des ratios P/E élevés sont bien normaux en raison des bas taux d’intérêt dictés par les banques centrales.

Mon opinion est qu’effectivement, il est normal que les investisseurs se tournent vers d’autres marchés – comme la bourse, les cryptomonnaies et l’immobilier – pour obtenir un rendement plus décent.

Mais bien que ce soit normal de rechercher un meilleur rendement, ce n’est pas une bonne raison pour prendre beaucoup plus de risque que notre tolérance normale.

En conséquence, je considère que les Fonds Négociés en bourse (FNB) basés sur le rendement moyen des indices boursiers et les fonds de placement en actions diversifiés sont beaucoup trop chers en ce moment.

En fait, tant que la bourse montera, on sera content… Mais le risque d’une correction boursière et même d’un krach boursier augmente de jour en jour.

Aussi, si vous décidez tout de même d’investir ou de rester investi sur le marché boursier, il vaudrait mieux rechercher des secteurs et des sociétés vraiment très sous-évaluées.

Ou, vous pourriez tout simplement attendre une correction!

Rappelez-vous: Cash is King!

2 L’immobilier

L’immobilier est la protection classique pour se protéger de l’inflation. L’histoire des crises impliquant une hyperinflation a clairement prouvé son efficacité. 

Mais, il faudra se méfier de la hausse inévitable des taux d’intérêt qui fera baisser la valeur marchande de tout le secteur immobilier (et celle de votre résidence!). 

Il y a aussi l’état actuel de l’économie mondiale et le revenu disponible des ménages qui affectera les revenus locatifs de l’immobilier résidentiel et commercial.

Les bas taux d’intérêt dictés par les banques centrales ont créé une bulle immobilière à l’échelle mondiale. Aussi, presque toutes les régions du monde sont touchées: le Canada (surtout à l’ouest), les États-Unis, la Chine et l’Europe.

Toutefois, je maintiendrais certainement un certain pourcentage de mes avoirs dans l’immobilier. Même si le risque d’une hausse des taux d’intérêt est en vue.

Trop posséder d’immobilier serait une erreur, en posséder trop peu aussi!

À vous de doser votre répartition d’actif à votre satisfaction.

L’immobilier, ça reste du concret!

3 L’or pour se protéger de l’inflation

vrai taux d'inflation - la monnaie c'est l'or

L’or, c’est la monnaie. Tout le reste, c’est du crédit!  JP Morgan

L’or et l’argent physique sont des actifs de première qualité pour protéger son capital et faire face à la crise financière actuelle. 

Heureusement, il existe des solutions alternatives et moins risquées que de détenir des contrats à terme de vente d’or. En voici une: investir dans les pièces en or.

Si vous désirez explorer l’idée d’investir dans l’or ou dans les sociétés minières, vous êtes libre de recevoir gratuitement mon guide Comment investir en début de cycle minier!

La reflation de l’énorme montant de dettes détenu par les banques centrales ne sera possible qu’avec une inflation des dettes et une inflation monétaire. Ce qui sera très douloureux pour les épargnants, les retraités et la plupart des investisseurs!

Aussi, les monnaies sans dettes comme les métaux précieux seront des actifs de qualité à privilégier pour traverser cette crise…

Les métaux offrent une bonne protection contre l’inflation et la déflation. Cette propriété découle de leur statut de valeur réelle. Une position en or dans un portefeuille offre une certaine protection contre les risques systématiques du marché. Le temps.

4 Les minières

Le secteur minier est de tous les secteurs du marché boursier, le plus volatile au monde.

Aussi, la question est: quel est le meilleur moment pour investir dans les minières?

Voyons d’abord l’état du marché actuel…

On sait que le secteur minier n’a fait que baisser à partir de 2011. Mais le GDXJ (Un ETF de minières à capitalisation moyenne) a considérablement augmenté depuis le 1er janvier 2016.

protéger son patrimoine GDXJ 2018-2018

Quand on regarde la hausse rapide en début d’année 2016, on a vraiment l’impression d’avoir manqué le bateau! La hausse a été de plus de 100% en quelques mois seulement. Le marché s’est ensuite consolidé pour se stabiliser par la suite. Trop! Car je crois que les fondamentaux sont excellents pour une hausse additionnelle au cours des prochaines années.

Donc, vous ne devriez pas penser avoir raté le prochain cycle minier haussier. Le nouveau cycle haussier ne fait que commencer… Investir dans de bonnes minières sera peut-être non seulement une excellente façon de se protéger de l’inflation, mais aussi de faire croitre votre patrimoine.

Voici pourquoi.

Un nouveau cycle minier haussier

En fait, très peu d’investisseurs ont vraiment profité de la hausse extraordinaire de 78% du GDXJ (calcul arrondi de 18$ à 32$) depuis le 1er janvier 2016, jusqu’au 31 mars 2018.

Et il faut savoir que tous ceux qui avaient investi AVANT le 1er janvier 2016 et après 2011 on soit gagné très peu ou ils ont nettement perdu de l’argent.

Ce qui veut dire qu’à moins d’avoir été excellent pour sélectionner de bons titres miniers individuellement, la majorité des investisseurs miniers ont perdu de l’argent entre 2011 et 2016!

Il fallait avoir du timing pour trouver le point d’entrée idéal du 1er janvier 2016!

Mais pratiquement personne – même pas  Rick Rule que j’ai eu en entrevue exclusive – n’a pu profiter du début du nouveau cycle minier haussier. (Rick Rule est reconnu comme étant un des meilleurs investisseurs miniers au monde.)

La bonne nouvelle, c’est que ce nouveau cycle minier haussier devrait se prolonger sur quelques années additionnelles. L’autre bonne nouvelle, c’est que dans un bon cycle minier, il est possible d’atteindre des ten baggers! C’est-à-dire de multiplier par 10 votre investissement, si vous choisissez bien vos titres.

C’est d’ailleurs personnellement mon but!

Se protéger de l’inflation et de la crise

Prenez donc le temps de bien réfléchir à ce qui précède. Car une répartition d’actif adaptée à votre personnalité est cruciale pour se protéger de l’inflation et de la crise financière!

Ensuite, il vous restera à choisir des titres de qualité pour chacune des catégories d’actif…

Merci de me lire!

Marc Blais